Livre d’or

Cette page est consacrée à y laisser votre ressenti par rapport à la qualité du service du magasin, du site, etc.
Ce ressenti positif ou négatif doit rester constructif, sans vulgarités et avec le respect de chacun.

Ci-dessous vous pouvez écrire votre commentaire.

Si vous êtes inscrit lâchez-vous !
Si non, vous trouverez dans la colonne de gauche, dans Méta, le lien pour s’inscrire.


 

Laisser un commentaire

50 réponces sur le “Livre d’or

  1. admin

    Fredéric Starck (Houdemont, Belgique):

    Cela fait une bonne quinzaine d’années que je roule en Specialized S-W et toujours en tout suspendu.
    Tout d’abord en Stumpjumper FSR et depuis qu’il existe, en Epic. Je dois avoir eu à peu près toutes les versions 26″ de l’ Epic.
    Quelle révolution lorsque ce concept de suspension est arrivé sur le marché.
    La philosophie de l’Epic me correspond à 100 %, un vélo qui est confortable, tout en gardant un rendement exceptionnel sans jamais devoir gérer des commandes de blocage, le pied…
    Sur les différents 26″, j’ai chaque fois constaté un petit plus au niveau de la rigidité, ce qui augmentait fatalement la vivacité du vélo.
    Depuis octobre, j’ai la chance d’avoir la dernière version de l’Epic S-Works, mais évidemment, cette fois, c’est en 29″.
    Et là, je suis entré dans la 29ème dimension… C’est une vraie révolution. Ce vélo est fabuleux en tous points de vues.
    Il est resté maniable et est extrêmement fougueux. Sur les +/- 1500km parcourus avec lui, jamais, je ne l’ai pris en défaut, je suis rentré de toutes mes sorties bleffé et avec la banane :-D.
    Tous les types de terrains et toutes les conditions sont passés sous mes crampons et si quelque chose ne va pas, alors, ce ne peut-être qu’un problème de cuisse.
    Par rapport à ses concurrents directs, ce n’est pas nécessairement le plus léger, mais de par sa conception, il est super efficace et très ludique à utiliser.
    Une chose est sûr, si un biker ne veut pas l’acheter, alors il ne doit pas l’essayer, au risque de se sentir damner.
    Je ne voudrais pas être ingénieur chez Spe et devoir améliorer ce bike, ça ne va pas être facile. Par contre comme simple biker, je prends mon pied lors de chaque sorties :-D…

    PS: Merci spécial à J-F pour ses conseils toujours avisés 🙂

    Bon ride à tous.

    Fred.

    Réponse du Webmaster :
    Message de la précédente édition du livre d’or, placée ici par mes soins.

  2. admin

    Maximilien Servais (Sainte Marie sur semois, Belgique):

    Test Specialized Diverge.

    Il a fallu le temps mais je dois dire que j’avais complètement oublié de venir mettre un commentaire sur le Specialized Diverge que j’ai pu essayer grâce à Jean-François.
    J’ai eu l’occasion de le tester durant un magnifique WE de fin Octobre.
    Je l’ai testé sur un parcours de 70km (circuit des 3 vallées suivi d’une petite boucle).
    La première chose que j’ai FORTEMENT apprécie, c’est le confort de ce vélo. J’ai pu le tester sur un chemin dans les bois et sur un chemin de campagne.
    C’est assez amusant de ce retrouver sur ces chemins avec un vélo de route. Et surtout sans avoir le dos cassé…
    La deuxième chose que j’ai apprécié (qui colle beaucoup à la première), c’est la polyvalence de ce vélo. Avec les pneus en 700*35C, on peut déjà en faire beaucoup et en voir beaucoup.
    Comme indiqué sur le site de Specialized, Quand la route s’arrête, c’est pas grave on continue. Et pour quelqu’un qui passe du vtt pur et dur à ce vélo, c’est une magnifique transition.
    Le seul bémol que je peux lui attribuer, se sera au niveau du freinage. Je me suis vraiment fais peur dans une descente du parcours des 3 vallées. J’ai bien cru que je ne pourrais pas m’arrêter au carrefour.
    Mais heureusement il n’y avait pas de voiture donc j’ai pu éviter le pire.
    Après discutions avec Jean-François, se serai du au vélo de test.
    En effet lors du montage du vélo, il y a un peu d’huile des freins qui a coulé sur les plaquettes.
    Donc je dirai a retester une fois les plaquettes changé et une petite purge de faite.
    Ma conclusion sur ce vélo se résumera au seul mot polyvalence.
    C’est peut être pas un vélo pour faire des chronos et gagner des courses mais au moins on a pas le dos cassé après de longue sortie et on peut éviter les grands axes bourré de circulation.
    Bref, un grand merci à Jean-François pour le prêt du vélo.

    C’était une bonne expérience.

    Merci

    Réponse du Webmaster :
    Problème des freins corrigés. rodage et degraissage.

    Message de la précédente édition du livre d’or, placée ici par mes soins.

  3. admin

    Xavier Hennart (Belgique):

    Bonjour Monsieur Dricot,

    J’ai été rouler hier avec les cyclos de mon club pour environ 80 km.
    Si effectivement il semble un peu plus lourd que le roubaix, on ne sent pas exagérément la taille des pneus, et le confort est bien présent, surtout quand la route est dégradée.
    Je n’ai pas été distancé, on a roulé à plus de 27 de moyenne sur les 80km.
    J’ai fait un essai hors route, sans problème, même si avec des pneus lisses, ça glisse un peu dans la boue
    Les freins ne vont pas bien mais vous me l’aviez dit et le porte gourde s’est dévissé.
    Le groupe 105, rien à dire, fonctionne parfaitement.rnrnLe look du vélo très bien, avis unanime. C’est vrai qu’il est très beau en noir mat. (nettoyage ?).
    Certains sont partagés sur l’utilité des freins à disque sur un vélo majoritairement de route (en cas de gel, risque de geler le liquide de freins ?, alourdissement du vélo) et ont été interloqués par la taille des pneus.
    Les cyclistes se demandent l’utilité d’un tel vélo, qui fait un peu de tout. Ils sont radicaux : route pour route, vtt pour terre.
    Comme convenu, je vous le ramène mercredi fin de journée, mais je vous avoue qu’il est très bien dans mon garage…

    Bien à vous,

    Xavier

    Réponse du Webmestre,

    Il s’agit dans le cas présent du test du Diverge comp Carbon.

    Réponse du Webmaster :
    Message de la précédente édition du livre d’or, placée ici par mes soins.

  4. admin

    Olivier Mouyau (Ottawa, Canada):

    Je voulais simplement dire un énorme merci à Jean-François.
    Lors de ma visite de ma famille en Belgique (je vis au Canada), il m’a permis de pouvoir continuer à m’entraîner, en me trouvant un vélo à utiliser.
    Tout cela à distance alors que nous ne nous connaissons même pas !

    I will definitely visit for some shopping !!!!

    Olivier !

    Réponse du Webmaster :
    Message de la précédente édition du livre d’or, placée ici par mes soins.

  5. admin

    Jerome Jacques (Habay la Neuve, Belgique):

    Test Roval contrôle carbone 29er.

    Cela fait maintenant +/-600km que j’ai troqué mes Roval control 29er d’origine contre les Roval control carbone 29er.
    Au début, la différence ne me sautait pas aux yeux si ce n’est l’incroyable rigidité que ces roues procurent.
    La sensation est assez difficile à expliquer car elles sont hyper rigide tout en étant souple.
    Je m’explique : les roues se déforment légèrement latéralement lors des appuis et reviennent dans leur position à la sortie de la courbe.
    Cette sensation particulière est assez déroutante au début mais devient vite un réel plaisir car le pilotage en devient d’une précision chirurgicale et permet de passer bien plus vite dans les parties défoncées.
    Cette souplesse donne l’impression que la roue se plie très légèrement pour mieux passer sur ou autour des obstacles.
    Concernant le rendement, j’ai été assez déçu au début par la « qualité roulante  » des roues car j’avais l’impression qu’elles ne tournaient pas bien et donc que le rendement était moindre qu’avec mes anciennes.
    En faisant tourner mes roues à vide, j’ai d’ailleurs constater qu’elles tournaient bien moins longtemps que mes anciennes (j’ai vérifié les freins et ils ne frottaient pas ;-).
    Ce « problème » a disparu après une bonne grosse centaine de kilomètres comme si les roulements avaient dû se rôder.
    Maintenant, en effectuant le même test, elles semblent ne plus vouloir s’arrêter et cela se ressent très fortement lors des montées et les relances.
    Un réel plaisir!! 😀
    Pour ce qui est du montage des pneus en tubeless ready, je dois dire que c’est un peu la galère.
    Ces jantes sont dépourvues de rainures ou gorges qui vient bloquer la tringle du pneu.
    Donc même avec un compresseur le montage est, pour moi, devenu très compliqué car il m’est très difficile de faire « claquer » le pneu contre la jante.
    J’ai remarqué également que dès qu’on dégonfle le pneu à fond il ne tient pas à la jante (vu qu’il n’y a pas de rainure ou gorge).
    Donc le regonflage en redevient aussi très compliqué sans l’utilisation d’un compresseur ou d’une cartouche tout en étant quand même plus facile que lors du premier montage.
    Côté solidité rien à redire, malgré les impacts de pierres qu’elles ont reçues, il n’y a pas la moindre trace ni le moindre voile.

    Malgré le temps de rodage des roulements (normal ou pas ??), je ne regrette absolument pas cet upgrade qui rend le vélo radicalement différent tant au niveau de la précision de pilotage qu’au niveau du rendement.
    Mon EPIC n’en devient que plus efficace encore. :V)

    Encore merci Mr DRICOT pour vos conseils, votre suivi, votre réactivité et votre efficacité dans la gestion des « petits » problèmes de la fin d’année passée.

    Réponse du Webmaster :
    Message de la précédente édition du livre d’or, placée ici par mes soins.